Culture

La politique culturelle de notre ville est probablement ce qui touche de manière transversale le plus grand nombre d’autres domaines de la vie quotidienne des habitants et de nos visiteurs.

La culture est ce qui lie consciemment ou non, les habitants d’un territoire donné et fonde son unité profonde tout en permettant l’épanouissement de sa diversité. Elle se nourrit de pratiques usuelles (agropastorales, alimentaires, linguistiques, architecturales, artisanales, sportives, festives, religieuses et autres croyances) et inclut bien sûr les différents domaines de la création artistique et de la vie intellectuelle ou scientifique. De ce point de vue, notre territoire a des atouts majeurs : de l’observatoire du Pic du Midi au Conservatoire Botanique, du fond Alix à la collection Sayous, des chanteurs Montagnards à Piano-Pic, du Faune au Salon de Lecture, de la Société Ramond à Traverse, en passant par le cinéma Maintenon, le Café Philo, la Galerie 88, cette liste très largement lacunaire dit la diversité de ces atouts. Le Baroque Pyrénéen autant que nos granges et moulins, sans oublier le patrimoine industriel, méritent d’être mis en valeur. Et que dire de notre culture thermale !

Or, un voyageur traversant Bagnères est-il alerté, à nos entrées de ville par quoi que ce soit qui lui donnerait envie de s’y arrêter ? Évidemment NON ! Il s’agit cependant d’un enjeu majeur qui peut être à l’origine de la relance de notre cœur de ville, et donc d’une part significative de notre relance économique.

Le rôle important que jouent également la culture et l’éducation populaire dans le maintien du lien social et l’enrichissement de chaque individu est indéniable et restera la priorité de notre action. Notre politique devra donc se dérouler sur ces deux axes. Concernant l’attractivité, un gros effort de signalétique devra être mis en œuvre aux entrées de la ville relayée intra-muros par différents supports. Avec de manière très centrale, un lieu dédié de communication, accessible tant aux acteurs institutionnels qu’associatifs ou privés. Nous pensons aussi qu’il est temps que Bagnères s’équipe d’un lieu de création et de résidence artistique. Les trois versions de Phaart ont démontré la richesse de l’offre et l’intérêt d’un vaste public. L’objectif sera de rendre pérenne cette activité et de l’aider à surmonter son actuelle précarité. L’accueil d’artistes venus d’ailleurs viendra aussi la renforcer.

Le rôle de la municipalité ne saurait être programmatif sauf en ce qui concerne l’offre institutionnelle. Pour le reste, associatif ou privé, la ville se doit d’être accueillante à tout ce qui peut concourir à son rayonnement et à la satisfaction des demandes exprimées par la population. Elle favorisera les actions durables et diffuses plutôt qu’événementielles et celles qui permettront le plus possible leur appropriation par les habitants.

Nous serons tentés de soutenir en priorité les actions cultivant une singularité de nos territoires. Proposer ce que l’on fait partout ailleurs en puisant dans l’offre de l’industrie des loisirs « culturels » nous semble de peu d’intérêt. En revanche, un exemple concret : partir de la tradition vocale Bigourdane pour la confronter à des pratiques vocales venues d’ailleurs ou revisitées par des créateurs contemporains, voilà un bon exemple à méditer. À Bagnères, ça s’est appelé « À voix haute ». L’idée était excellente et peut-être à réactualiser en évitant certaines dérives et en lui assurant un meilleur soutien.

L’action culturelle nécessite des professionnels et ceux-ci devront en toutes circonstances être payés comme dans les autres domaines d’activités.

Les commandes publiques devront, contrairement à des exemples récents, respecter la loi des appels d’offres et rompre avec le favoritisme.

Un effort sérieux devra être entrepris pour ouvrir davantage la médiathèque et surtout nos musées.

Nous nous attacherons à ne jamais céder aux facilités de la démagogie et aurons pour règle l’exigence de qualité accessible à tous.

PS :

  • La nécessité de faire court nous a empêché de noter nombre d’événements et acteurs culturels importants. Nous vous prions de n’y voir aucun signe de préférence ou de mépris et vous prions de nous en excuser.

  • Nous avons de nombreuses inquiétudes concernant la conservation et la mise en valeur des archives municipales.

  • Nous nous attacherons à travailler le dossier « Pays d’Art et d’Histoire » jusqu’à son aboutissement.

 

©2020 Vivons Bagnères.